Le Salon du livre au premier plan   publié le 30/09/2013


Le Salon du livre au premier plan

Si la professionnalisation de la filière s'est imposée comme une évidence, faire connaître les auteurs s'avère aussi une étape incontournable.

Un Salon du livre  destiné aux auteurs se tiendra ce vendredi 5 juillet à la Bibliothèque nationale Anosy.  Une manifestation qui arrive à point nommé dans un contexte, où la relance du livre se trouve au cœur des préoccupations des acteurs de la chaîne.

La littérature malgache à l’heure actuelle

La fameuse Librairie Mixte d'Analakely connaît ses heures les plus noires en ce moment, depuis ses cinquante années d'existence.  A noter qu’une poignée de librairies (entre six et huit) a fermé ses portes, ces dernières années. C'est dans ce contexte morose que le Salon des auteurs se tiendra durant toute la journée du 5 juillet.  Trouver d'autres techniques, d'autres approches. C'est aux jeunes qu'on va le confier. Sans pour autant oublier que le livre reste irremplaçable, soutient Michèle Rakotoson, secrétaire générale du Synergie Nationale des Auteurs, Editeurs et Libraires (SYNAEL). L'heure semble grave. Aina Jean Razakasoa, président d'honneur du SYNAEL  et propriétaire de la Librairie Mixte, assène : Il y a beaucoup  d'écrivains, la première raison de cette perte d'intérêts sur le livre vient avant tout de nous, Malgaches. Il y a trop d'égoïsme. Par exemple, les descendants de certains grands écrivains sont difficiles à aborder. Si le problème a été évoqué à l'interne, la politique des gouvernements successifs a favorisé ce laxisme intellectuel qui a ravagé un secteur naguère dynamique.  Du temps du président Tsiranana (période de la première république), on a offert des prix littéraires. Il fût aussi un temps où le ministère de l'Éducation nationale a offert un prix, tout comme celui de la Culture. Ce sont des manières de promouvoir les nouveaux talents, accorder un nouveau souffle à la création, s'insurge Henri Rahaingoson, membre de l'Académie malgache et plus que jamais prêt à défendre la cause du livre. Il est vrai que la littérature malgache a connu une traversée du désert, depuis presque une vingtaine d'années, que même des pays d'Afrique ne lui envieraient jamais. Les auteurs ne se résument pas aux écrivains. Il y a des auteurs de livres techniques, pédagogiques et autres. Les gens ont tendance à souvent minimaliser. Il faut que cette perception change. Ensuite, les auteurs sont des personnes à qui on peut parler, vers qui on peut approcher, précise Michèle Rakotoson, secrétaire général de la SYNAEL.

Le Salon des auteurs sensibilise

Une exposition sur les anciens auteurs de renom, que ce soit en malgache ou en français  se trouvera au cœur de ce Salon ? centré sur l'écrivain. Trois conférences-débats sur le thème «  le livre comme source de développement » sont au programme. Plusieurs intervenants comme Johary Ravaloson - écrivain de renommée mondiale, Esther Randriamamonjy - écrivaine de référence, Nirina Ratsimamanga - éditeur de livre pour le monde rural et bien d’autres animeront les débats. Le Salon du livre, c’est aussi une journée entièrement dédiée aux plaisirs de la lecture et au partage de l'amour du livre et de l'écrit. Cet événement littéraire rassemblera quinze auteurs qui viendront avec leurs ouvrages respectifs. Une occasion pour le public de (re)découvrir la richesse et la diversité de la littérature malgache d'aujourd'hui. Des écrivains contemporains comme Iharilanto Patrick Andriamangatiana ou Eric Ravalisoa, aux écrivains francophones Johary Ravaloson, en passant par les auteurs de manuels scolaires comme Francinet Ratsimaholy. Dès qu'on parle de livres, c'est une très bonne initiative ! Car on en a besoin, il faut de la lecture. Un livre, ça reste et ça ouvre l'esprit. Et c'est important pour le développement et l'éducation. J'attends de ce salon que le public constate qu'il existe des livres qui sont imprimés et édités à Madagascar, produits par des Malgaches. Que ce public se mette à lire et réalise que le livre est un réel outil d'éducation, se réjouit Johary Ravaloson, auteur. 

 
Extraits tirés du site: www.lexpressmada.com
Lien utile: Association des éditeurs de Madagascar / www.aedim.mg

Commentaires

Votre commentaire