Les médiateurs du mois   publié le 21/04/2016


Les médiateurs du mois

Le projet M’Kolosaina, c’est aussi une panoplie de bénévoles engagés dans la dynamisation de la vie culturelle à l’Université. En voici cinq qui sont très actifs dans l’organisation du mois du cinéma.

Cinq bénévoles, cinq médiateurs culturels, cinq jeunes engagés dans l’organisation du mois sous le signe du septième art. Ils nous ont fait part de leur intérêt pour cette discipline.

Dianah RAKOTONIAINA, 18 ans

 « Ce projet dans le cadre du cinéma m’a beaucoup interpellé. D’un côté, j’adore lire les scénarios et assister à des projections de films fictions et documentaires. D’autre part, je veux renforcer mes compétences sur le plan organisation événementielle, comme celui-ci.  Par ailleurs, je veux aussi élargir mes connaissances dans le domaine de l’art et de la culture. »


 Stan RAMAROVELO, le seul stagiaire masculin de l’équipe

« Je me suis intégré dans l’équipe de ce mois du cinéma parce que, principalement, cela m’aide beaucoup au niveau relationnel.  J’ai toujours été un passionné du cinéma et de la photographie. Ce stage a donc un lien étroit avec le travail que je fais actuellement. » 


 Naly RANDRIAMAHEFA, âgée de 18 ans

 « Étant une fille très active (en le disant très modestement), j’ai voulu à tout prix faire partie de la première équipe de projet. C’est également, pour moi, une opportunité d'aiguiser mes compétences mais surtout mes connaissances dans le domaine du cinéma. »


 Tsiky RAVONINJATOVO, 18 ans

« J'ai participé à ce projet car le domaine cinématographique m'intéresse depuis que j’étais petite mais je n'avais jamais eu l'opportunité de côtoyer ce milieu. Du coup, ce stage est une belle opportunité. Tout ce que je souhaite, c'est le succès de ce projet. »


ROBY Kwan Erica

 « Je me suis intéressée à ce projet pour deux raisons : celle d'évoluer personnellement sur le plan communicationnel, j’en ai la phobie et j’espère vaincre cette peur. La deuxième raison c’est de montrer aux jeunes étudiants que les films « made in Madagascar » en valent le coup, en plus de faire partie de notre culture, bien sûr!. »

 


Commentaires

Votre commentaire