Jeux de la Francophonie   publié le 30/09/2013


Jeux de la Francophonie

L’artiste plasticien Tahina Rakotoarivony, un des représentants malgaches pour les jeux de la Francophonie se plaint de la négligence qu’on inflige aux artistes locaux,

« Cet événement est d’une importance capitale pour moi ! Que le ministère de la Culture et du Patrimoine prenne en charge ou non mon billet, j’irai à la Francophonie ! »,a affirmé l’artiste plasticien Tahina Rakotoarivony, jeudi dernier. Son billet d’avion, il ne l’a finalement jamais eu.
« Je n’ai pas eu de réponse. J’ai donc dû me débrouiller tout seul pour envoyer mon tableau et trouver un vol. J’ai appelé toutes les compagnies aériennes, plus aucune place n’était libre! »
Ne s’avouant pas vaincu pour autant, le jeune homme a décidé de prendre la seule solution qui s’imposait à lui : passer par Nairobi, puis par Amsterdam d’où il prendra un autre vol pour Nice.
Les artistes malgaches négligés
« Les artistes sont laissés pour compte. Un événement d’une telle envergure ne doit pas être pris à la légère. C’est pourtant le cas. Les représentants malgaches pour la Francophonie ont été connus depuis le mois de septembre de l’année dernière. Autrement dit, le ministère de la Culture et du Patrimoine a eu une marge d’une année pour se préparer. Le résultat est pourtant là. »
Son tableau lui a été renvoyé par Tafita. La raison évoquée : le manque de moyen. « Ça, je veux bien le comprendre. Ce qui m’indigne, c’est la manière dont ils s’organisent. Ils auraient quand même pu me prévenir plus tôt et ne pas attendre la dernière minute pour me l’annoncer. Je leur avais remis mon œuvre fin juillet et ce n’est que maintenant qu’ils me préviennent. A l’heure où je vous parle, seul mon tableau n’est pas encore accroché dans la salle d’exposition. Ceux des autres candidats leur sont parvenus depuis des jours. J’ai donc dû appeler la responsable à Nice pour leur expliquer ma situation et pour leur dire que je serai quand même au rendez-vous, »
a relaté l’artiste. Si aujourd’hui, Tahina Rakotoarivony est à Nice, ce n’est aucunement grâce au Ministère de la Culture et du Patrimoine.
Une chose reste cependant sûre, il se battra jusqu’au bout et donnera le meilleur de lui-même pour ne pas rentrer les mains vides.

A noter que l’artiste-peintre sera en compétition avec 30 autres participants.

Commentaires

Votre commentaire