Le métier de manager   publié le 14/12/2013


Le métier de manager

Indispensable est le mot qui revient de plus en plus souvent dans la bouche des artistes et des professionnels lorsque l’on évoque le rôle d’un manager.

 

Dans un contexte marqué par la crise du disque et l’essoufflement des maisons de disques, sa présence dans la vie de l’artiste est ainsi devenue une évidence.

 

Le manager gère, conseille, représente. Jean-NoêlBigotti de l’IRMA, dénombre trois profils de managers :

Le défricheur : dans un premier temps, le manager rend le produit artistique commercialisable. Il démarche (maisons de disques, tourneurs, salles), crée les outils de promotion, développe des partenariats, communique…

Le coordinateur : dans un second temps, il fait le lien entre les différents professionnels intervenants sur l’artiste : producteur, médias, tourneur, distributeur…

L’entrepreneur : le manager devient enfin le chef d’une petite entreprise et développe les revenus autour de l’artiste : sponsoring, produits dérivés… Le manager est donc la cheville ouvrière du groupe mais surtout une personne de conseil qui organise la carrière de l’artiste. La relation entre l’artiste et le manager doit être fondée sur la confiance, la défense des intérêts communs et une notion de stratégie inscrite dès le début de la collaboration.

 

Le manager étant celui qui accompagne la carrière du groupe, une jeune formation peut faire appel à une personne débutante, motivée qui se formera en accompagnant le projet. Un groupe plus confirmé devra prendre contact avec un manager en exercice et le convaincre de l’accompagner. Avant d’entreprendre une telle démarche posez-vous la question suivante : qu’aura ce manager à y gagner ?

Les qualités d’un bon manager sont la persévérance, la polyvalence et une bonne connaissance du secteur. Attention, restez prudents : le manager est capable de propulser l’artiste vers la célébrité aussi rapidement qu’il est capable de la conduire à l’échec. Le manager a une obligation de moyens, pas de résultats.

Myriam Chiaramonti, Manageuse d’Anis, formatrice, membre du MMF et chargée de prod à Sakifo Productions

 

Le métier de manager devient lucratif à partir du moment où le groupe génère une économie. Ainsi, en début de carrière, nombreux sont les managers bénévoles. Les conditions qui régissent le travail d’un manager et de l’artiste sont fixées par un contrat dont la durée dépasse deux ans puisque les efforts du manager ne verront pas probablement le jour avant un an à cause des premiers travaux préparatoires. Généralement, le manager reçoit en contre partie des services qu’il rend, un pourcentage des sommes perçues par l’artiste. Ce pourcentage varie en général entre 10 et 25% de la totalité des sommes encaissées. La rémunération du manager se fait sur l’ensemble des revenus de l’artiste sur présentation de facture : salaire et cachet ; droit d’auteur ; droit voisin ; droit dérivé (t-shirt…) ; royalties, recette publicitaire ; prix, concours ; subvention ; sponsor ; bien en nature…

 

Les agents artistiques sont très présents dans le cinéma, le théâtre ou la musique classique. L’agent place l’artiste, lui obtient des engagements et prélève une commission. Dans les musiques actuelles, une confusion des rôles a longtemps régné entre l’agent et le manager : l’agent assumait souvent des fonctions de management en conseillant les artistes ; à l’inverse le manager jouait le rôle d’agent/tourneur en commercialisant les prestations de l’artiste. Cette confusion était entretenue par l’absence de statut légal pour le manager alors que l’activité d’agent était très encadrée : licence d’agent artistique, fonctions limitées, incompatibilités…

Source :

Plus d’infos :

 www.mmffrance.com


Commentaires

Votre commentaire


Autres ARTICLES

Tous les articles