Statut des artistes malagasy   publié le 10/12/2014


Statut des artistes malagasy

Le statut socioprofessionnel des artistes malagasy notamment les questions de droit, de sécurité sociale, du régime fiscale… plane encore dans un univers nébuleux. Retour sur le texte portant Statut des artistes malagasy qui suscite encore beaucoup d’interrogations.

L’artiste, souvent qualifié d’être improductif, reste généralement cantonné à un rôle d’amuseur public. L’inutilité ou le superflu de la création artistique est presque un lieu commun à Madagascar. La culture est pourtant  un secteur porteur  à forte valeur ajoutée. « En France, la culture contribue sept fois plus au  Produit Intérieur Brut (PIB) que l’industrie automobile. On parle alors d’apport de la culture au PIB ou de PIB culturel, de production de biens et services culturels, de secteur lié au rayonnement et à l’attractivité de la Grande Ile, et de création d’emplois » explique Alban  Ramiandrisoa-Ratsivalaka, vice-président de la Fédération des syndicats d’artistes de Madagascar.

Souvent parmi les laissés-pour-compte des grands débats sociétaux et des principaux programmes de développement propres à Madagascar, nous trouvons l’artiste et sa condition socioprofessionnelle plus précaire que jamais en raison des textes règlementaires imprécis ou inadaptés. Afin d’éclaircir cette nébuleuse qui entoure le statut des artistes, il est primordiale de prendre connaissance et d’identifier les lacunes sur ce texte régissant le statut des artistes malagasy. Un travail qui devrait aboutir à la structuration du secteur culturel associatif à Madagascar.

 

A voir absolument :

(*) Statut des artistes malagasy en PDF



Commentaires

Votre commentaire