La médiation culturelle et approche interculturelle   publié le 18/03/2014


 La médiation culturelle et approche interculturelle

... le cas du Tahala Rarihasina...

Ce travail de recherche portant sur le Tahala Rarihasina a été effectué par VELOTRASINA Ranjatiana J. Ludonie dans le cadre de l’obtention du diplôme de maîtrise en Lettres et Sciences Humaines, option « Médiation Culturelle ».

Avant-propos

Ces dernières décennies, la part de réflexion et de discours idéologiques portant sur la conception de la culture a perceptiblement augmenté, surtout auprès des grandes instances géopolitiques. Un élan justifié par la conscience des impacts de la culture dans le domaine des rencontres et des relations internationales. Cet état des lieux implique une redéfinition de l’approche de la culture : au-delà de l’approche purement théorique – car la culture évolue, différant d’une donnée statique – et au-delà de la simple considération divertissante – puisque la culture implique des dimensions socioéconomiques et politiques importantes. L’élaboration de ce mémoire est inscrite dans ce cadre, dans cette vision : entreprendre une appréhension de la culture, comme un système instituant une organisation dans un espace. Par ailleurs, les théories de la médiation culturelle et de l’approche interculturelle sont des éléments épistémologiques participant à une analyse de la culture, selon ces mêmes termes. Tandis que le choix de notre cadre de travail est plutôt orienté sur le comment de l’organisation malgache dans un système de gestion des éléments culturels à Madagascar. D’où l’étude du cas de Tahala Rarihasina. Une structure ayant comme principal outil la langue, les arts, en termes plus génériques, les expressions de la culture.

Résumé

L’environnement culturel malgache présente des aspects contradictoires. En effet, d’un côté, la diversité et les multiples variétés des formes d’expressions culturelles sont des atouts très considérables dans ce pays. D’un autre côté cependant, rares sont les structures publiques malgaches qui sont investies dans le domaine culturel. La majorité des organisations à vocation culturelle sont issues d’initiatives étrangères. Par ailleurs, divers obstacles se sont créés quant à l’aménagement d’un processus de démocratisation culturelle. Ainsi, le concept de médiation culturelle –  un procédé qui consiste à établir une large accessibilité aux formes culturelles –  s’inscrit dans un espace donné, afin de répondre à ce besoin. De plus, les principes véhiculés par l’approche interculturelle consistent tout d’abord à remettre en question la notion de diversité culturelle, ensuite à poser des éléments de base nécessaires à une démarche plus productive dans un contexte de pluralité culturelle. Tahala Rarihasina fait partie des rares structures malgaches à s’investir –  intellectuellement, socialement et politiquement –  dans la gestion des affaires culturelles. Cette réalité nous amène à des interrogations : la médiation culturelle, pour le cas de l’espace Tahala Rarihasina, par le biais des organismes étudiés, s’inscrit dans quelle démarche ? Est-ce que la pratique de la médiation culturelle pourrait permettre une démarche de relation interculturelle entre les acteurs culturels et la société, du moins le public ? L’étude de cette structure et les analyses théoriques d’après les grilles de lecture de Bernard Lamizet et d’?yvind Dahl – respectivement sur la médiation culturelle et sur la communication interculturelle – permet d’étudier l’envergure de la médiation culturelle dans un espace.

 

Document à télécharger :  

La médiation culturelle et approche interculturelle : le cas du Tahala Rarihasina



Commentaires

Votre commentaire