Le vintage made in Malagasy par Stephaina   publié le 26/11/2012


Le vintage made in Malagasy par Stephaina

A la fois styliste et ambassadrice de sa marque, Stéphanie Raharijaona figure aujourd’hui parmi les grands noms du stylisme malgache.


Née d’un père gréco-arabe et d’une mère malgache, Stéphanie Raharijaona a passé la majeure partie de son enfance en France.  Mû par le désir d’un retour aux sources salutaire, elle décide de s'installer à Antananarivo en 2005. 

 


Sa marque, Stephaina [la vie en malgache], mêle l’ici et l’ailleurs, l’hier et l’aujourd’hui. Une marque à l’identité poreuse, rhizomique, ouverte. Sur les combinaisons au look rétro-chic tout droit inspiré des années sixties sont greffés des pans de tissage, de broderie et de macramé, des techniques jusqu’à présent cantonnées, ou presque, au linge de maison vendu sur les marchés artisanaux. 


A partir d’une écharpe  tissée en fil de soie sauvage de Madagascar, elle réalise une combi-dress effet short taille haute sexy, au col claudine brodé en raphia qui fait écho à un bas orné d’un macramé inattendu. Du prêt-à-porter très urbain qui mêle couleurs naturelles et couleurs végétales (pelures d’oignon, feuilles de grenadelle, de manioc…) du haut de ses cothurnes aux talons compensés en corne de zébu — animal emblématique de Madagascar, symbole de force et de richesse. Ou encore avec de la paille tressée et du jonc auxquels elle associe du cuir ou des papiers journaux découpés et tissés pour réaliser des pochettes et des sacs effet à l’envers.


Suite à sa participation à NU / Naturellement Urbain (programme d’appui à la filière design de mode malgache), elle a été invitée à présenter ses œuvres lors d’Ethical Fashion Show (le plus grand salon de la mode éthique en Europe)  au Carrousel du Louvre (Paris / France)  du 6 au 9 septembre dernier. Ce voyage lui a permis de tisser des liens avec des personnalités importantes du secteur de la mode, entre autres, des distributeurs, des créateurs, des journalistes,... Aujourd’hui, Stéphanie Raharijaona est encore plus déterminée à percer dans son métier.

Prisca Rananjarison

Commentaires

Votre commentaire