Dany Be : figure incontournable du photojournalisme malgache   publié le 30/09/2013


Dany Be : figure incontournable du photojournalisme malgache

Né en 1935 à Antananarivo, Dany Be a derrière lui cinquante-trois ans de carrière dans la photographie, un vrai parcours engagé du regard !

 

Daniel Félix Rakotoseheno a.k.a Dany Be a débuté sa carrière en 1959 avec un appareil argentique AGFA. Son talent de photographe s’est vite affirmé et lui a valu une collaboration avec  l’agence française GAMA photo et l’américaine United Press International. Photographe-correspondant, il a sillonné les rues de la capitale et de nombreuses régions de la Grande Île, à la recherche de sujets forts pour ses photo-reportages. J’ai parcouru les 110 fivondronana [communes] à travers mes images, cela m’a permis de connaître un peu mieux mon pays, confie Dany Be. Malheureusement, le 14 juillet 1983, la Direction Générale de l'Information et de la Documentation (la police politique) lui a confisqué 2000 clichés et l’a enfermé pendant 31 jours à Ambohibao. Malgré ces difficultés rencontrées, Dany Be n’a cessé de pointer son appareil sur les événements qui jalonnent l'histoire de Madagascar.

Une image vaut mille mots. J’aime photographier les événements sociaux et politiques qui marquent l’histoire de Madagascar. Je désire (dé)montrer à travers mes clichés les anecdotes intarissables qui font de mon pays ce qu’il est. Le photojournalisme n’a rien à voir avec une photo d'illustration pour un texte, c’est tout un art. Les clichés doivent être expressifs et n’ont pas besoin de légende, explique avec conviction Dany Be.

L’expo-photo « Crédit perdu du photojournalisme » 

 

Après dix ans d’absence sur la scène photographique, Dany Be - actuel secrétaire général de l'association des journalistes doyens - est revenu en force avec une exposition de ses œuvres du 14 au 24 novembre dernier au Cercle germano-malagasy / CGM Analakely, dans le cadre de la 3e édition du Mois de la photo Sar’nao. Une exposition que Dany Be a fait découvrir aux générations d’aujourd’hui.

 

 

 

 

Fidèle à l’argentique et au « noir et blanc », ses trente-cinq clichés de 30 sur 40 cm pris entre 1960 et 1990 retracent les événements socio-historiques de cette période dans diverses régions de Madagascar. Comme si c'était hier, Dany Be est capable de revenir avec subtilité et précision  sur les circonstances des prises de vue de chacun de ses clichés.  Parmi ce, des photos d’hommes politiques qui ont marqué l’histoire de ce pays, notamment le Général Ramanantsoa et le Colonel Ratsimandrava en train de rassurer la foule mécontente du régime de la première république,  le 13 mai 1972 - date marquante de l’histoire de Madagascar. Ou encore des clichés racontant l'expulsion des Merina de Tamatave, le débarquement des insurgés Monima au port de Tuléar, le ras-le-bol de la jeunesse lors de la défaite de l'équipe malgache face aux Kabwe Warriors de Zambie en 1974… D'un naturel sensible, le photographe n’a pas manqué de rappeler le malheur qui a frappé le Sud de l’île en 1992, le kere  (la famine), un fléau encore bien présent dans cette région. 

L’ensemble du travail photographique de Dany Be pourrait s’apparenter à une sorte de monographie de Madagascar. Sa technique, son regard fait de douceur et d’intelligence pour son pays, ainsi que sa grande contribution à la promotion du photojournalisme malgache lui ont valu, à 77 ans, d’être décoré Officier de l'Ordre des Arts, des Lettres et de la Culture le 12 novembre dernier au CGM par Elia Ravelomanantsoa, ministre de la Culture et du Patrimoine.


Contacts Dany Be :

(+261) 020 26 347 25

taostudiotana@gmail.com

*Cet article est le fruit des travaux réalisés par les participants à l’atelier « Critiques des musiques actuelles / Journalisme culturel » animé par Alain Courbis / directeur du PRMA, qui s’est tenu du 19 au 22 novembre dernier dans les locaux du Centre de presse malagasy.

 


Commentaires

Votre commentaire