Vakok’ArtsTrano ou l’art de faire ensemble   publié le 21/11/2014


Vakok’ArtsTrano ou l’art de faire ensemble

… Un Centre des arts bientôt à Tuléar…

Un lieu d’expériences artistiques comme Vakok’Arts, porté par des acteurs de la société civile dans un esprit de codéveloppement, nous en rêvions ! Tuléar et sa région sont un véritable creuset musical,où se développentégalementdes formes et des pratiques artistiques originales. Disposer d’une fabrique des possibles pour valoriser, professionnaliser, diffuser et inventer, avec une vraie équipe d’encadrement, c’est se donner les moyens de mettre en avant et d’épanouir, enfin,  l’offre culturelle du Sud… (François Turlan.)

 

Le Grand Sud accueille actuellement l’éco-construction d’un Centre des arts sur un terrain de 400 m² mis à disposition par l’Alliance française de Tuléar (AFU). François Turlan, responsable du studio Balafomanga, directeur de ce futur Centre et fidèle complice des musiciens malgaches, nous en parle autour d’un café.

D’où provient ce rêve / cette belle volonté de créer un Centre des arts à Tuléar ?

Tuléar et la région Atsimo-Andrefana (Sud-Ouest) ne disposent d’aucune structure pour former, professionnaliser et diffuser les œuvres de leurs artistes. La culture dans le Grand Sud se heurte ainsi à une présentation fragmentée de ses talents, créant de réels obstacles à l’appréhension de sa richesse d’une part et des soutiens ciblés à apporter d’autre part.  Pourtant, Tuléar et sa région sont un véritable creuset musical, où se développent également des formes et des pratiques artistiques originales. Le potentiel artistique – des arts de la scène en passant par les arts plastiques, du cirque et de la rue – est avéré, mais sans guidage et dynamique raisonnée, il est condamné au mieux à une connaissance diffuse de ses réalisations et de ses artistes. Aussi, disposer d’une fabrique des possibles pour valoriser, professionnaliser, diffuser et inventer, avec une vraie équipe d’encadrement, c’est se donner les moyens de mettre en avant et épanouir l’offre culturelle du Sud. D’où la création de Vakok’ArtsTrano[Vakoka– Patrimoine / Trano – Maison], le futur Centre des arts de Tuléar construit sur financement de la Coopération française (projet Art Mada 2 « Appui au développement culturel de Madagascar ») et dont la maître d’ouvrage a été confiéeà l’Alliance française de Tuléar (AFU).

Qu’en est-il des autres acteurs du projet ?

Un lieu d’expériences artistiques comme Vakok’Arts, porté par des acteurs de la société civile dans un esprit de codéveloppement, nous en rêvions tant !  Ce projet pilote est porté par le collectif Vakok’ArtsTranocomposé de quatre associations fortes d’une expérience confirmée dans le domaine de la formation et inscrites dans une complémentarité de compétences rare : la musique et la professionnalisation de ses acteurs avec Balafomanga, les arts circassiens avec Les Merveilleux, la danse avec Toy le Art, la gestion et la programmation culturelle avec l’AFU.Ce projet a été motivé par un réseau dense d’affinités : un engagement commun en faveur de la promotion de l’action culturelle. Cet échange de compétences associé à une mutualisation de moyens constitue et constituera l’une des lignes de force du collectif Vakok’ArtsTrano dont le mot d’ordre est « Vakok’ArtsTrano ou l’art de faire ensemble… ».

Une Centre des arts à Tuléar, pour qui, pour quoi ?

A travers Vakok’Arts, nous souhaitons mettre à la disposition des artistes un espace doté de l’équipement nécessaire à des activités pluri-artistiques, dédié d’une part à la formation ainsi qu’à l’accompagnement (de la conception à la représentation) de projets artistiques, d’autre part à dynamiser et valoriser la recherche artistique par la professionnalisation de ses intervenants, et propice enfin à des rencontres et des résidences entre artistes dans un cadre culturel clairement identifié comme tel. Nous proposerons aussi aux Tuléarois un espace de référence pour suivre des formations artistiques, mettre à leur disposition une scène programmant des spectacles ou des performances artistiques de qualité, sensibiliser à la diversité artistique, ouvrir à d’autres mondes ou formes d’arts et enfin promouvoir le statut d’artiste dans une région et un pays où ce concept est encore – si je puis me permettre –  balbutiant.

Parlez-nous de la configuration du Centre...

Le centre comprendra une salle polyvalente pour les formations et les répétitions, un bureau, un accueil, un local technique, une scène ouverte parfaitement équipée en forme de demi-cercle en face de laquelle seront construits les gradins. Véritable éco-construction, les matériaux mobilisés répondent à des prescriptions environnementales (recyclage) : des containers dernier voyage, un toit composé d’une charpente traditionnelle recouverte de vondro, des gradins en pierre de Tuléar, des enduits traditionnels pour les murs… Le centre a été réfléchi comme une plateforme pluridisciplinaire de rencontres, d’échanges et d’encadrement où pourront s’inventer, s’épanouir et s’exposer de nouvelles expressions artistiques dans des conditions de travail que l’on espère optimales.

Le mot de la fin ?

Vakok’arts c’est l’art de faire ensemble pour impulser un nouvel élan en direction du développement des arts à Tuléar et dans sa région, mais aussi l’art d’être responsable et en vie ensemble… Rendez-vous pour l’inauguration à la rentrée 2014 !

... les acteurs de Vakok’artsTrano en quelques mots...

L’Alliance française de Tuléar est un centre culturel de droit malgache à l’activité ancienne et diversifiée engagé dans la promotion et la diffusion des arts et entretient un relationnel fort avec de nombreux artistes.

L’association Balafomanga encadre les artistes-musiciens dans le développement de leur carrière pour les valoriser et les professionnaliser, tant sur les aspects artistiques que techniques (les artistes Teta, Thominot ou encore Silo ont bénéficié de cet encadrement). Son responsable n’est autre que François Turlan.

Lien vers la fiche Balafomanga

L’association des Merveilleux a pour but d’encourager les arts plastiques, de la rue, de la scène et circassiens lors de manifestations attractives, et de permettre aux artistes de transmettre leurs talents et expériences dans le cadre d’ateliers de formation.

L’association Toy le Art, particulièrement attachée à sa mission éducative auprès des jeunes de Tuléar, a pour objectif de promouvoir la danse, tout en diffusant des valeurs de civisme.

Avec l’appui du projet de coopération franco-malgache Art Mada 2


Commentaires

Votre commentaire