Andry Anjoanina : art de la ferronnerie ou ferronnerie d’art ?   publié le 27/03/2015


Andry Anjoanina : art de la ferronnerie ou ferronnerie d’art ?

Aussi solide que le fer duquel il semble tirer sa force, Andry Anjoanina se distingue par ses relations privilégiées avec la matière et plus particulièrement avec les métaux.

Passionné d’arts plastiques, Andry AnjoaninaToky Hasina a suivi des cours de dessin aux côtés de Razafimanantsoa Romain avant de profiter d’une brève séance de formation ouverte lors de la semaine de la culture en 1988.Il n’a jamais cessé de produire en marge de toute convention, loin de tout espace public ou pas. Il n’a commencé à exposer ses œuvres qu’en 1988 dans le cadre de Hosotra qui tient lieu, depuis quelques années, de salon annuel aux artistes-peintres malgaches.

Menant de front son métier d’électricien et sa passion pour la forme, Andry Anjoanina a évolué dans deux univers communément en contradiction, mais qui au final se rejoignent : la science technique d’un côté et la subtile sensibilité n’appartenant qu’aux créateurs de l’autre. Pour lui, ces deux univers sont complémentaires. Ayant été initié au dessin, il a trouvé sa voie dans la sculpture et la ferronnerie d'art grâce aux expériences professionnelles et quotidiennes qu'il a vécues. En général, il utilise des métaux de récupération, et les brocanteurs sont ses principaux fournisseurs.

 

A lire également:   « Tatao » [Abri] par Andry Anjoanina


Commentaires

Votre commentaire