Paroles d'acteur   publié le 28/04/2015


Paroles d'acteur

Herizo rabary est dans Madama Esther (2014) de Luck Razanajaona, dans Ody vy (2014) de Ando Raminoson et dans le film en compétition, Le Fils de Samy (2015) de Franco Clerc. C’est l’acteur prisé du moment. Interview.

RFC Vaovao : Votre image revient souvent dans les films en compétition depuis quelques

années, comment en êtes-vous arrivés à devenir l’acteur fétiche des réalisateurs ?

Herizo Rabary : En fait, tout est arrivé comme un hasard. Au tout début, nous avons fait une formation avec Anil Kessavdjee et Laza à l’époque de l’association Iris. C’est dans le cadre de cette formation que j’ai eu ma première expérience en tant qu’acteur. À l’époque, c’était un jeu, dans tous les sens du terme ! Ensuite, les choses se présentent toujours dans des circonstances un peu inattendues.

Comment avez-vous vécu cette première expérience ?

Il y a une différence entre ce que je vis et ce que je donne à voir. Je suis un éternel insatisfait qui trouve toujours un point à améliorer. Mais surtout, ça me plaît de jouer.

Qu’est-ce qui vous plaît dans le jeu d’acteur ?

Le cinéma, si vous voulez, nous rend en quelque sorte immortels. Il nous permet de vivre mille vies ! C’est ce qui me plaît dans ce métier. Je me permets de reprendre la citation d’un acteur célèbre italien, Marcello Mastroianni, pour résumer le tout : « On vient vous chercher, on vous emmène sur le plateau ! Vous jouez et en plus, on vous paie pour le faire ! »

Vous n’avez pas grandi ici, l’expérience dans l’actorat vous a-t-il apporté dans vos rapports

avec la culture malgache, avec la langue ?

Énormément ! J’ai même remarqué que j’ai beaucoup évolué dans la langue malgache. Avant, je réfléchissais en français et je traduisais. Le cinéma m’a permis de renouer avec mes racines.

Comment choisissez-vous les propositions ?

Comme je vous ai dit ! C’est un peu bizarre parce que dans Ody Vy de Ando Raminoson (Prix Public, Fiction, 2014), j’ai été assistant-réalisateur. Puis je suis devenu coach des acteurs. Les choses étaient arrivées à peu près de la même manière.

Propos recueillis par Domoina Ratsara

RFC Vaovao

Plus d’infos : www.rencontresdufilmcourt.mg


Commentaires

Votre commentaire