Ambi : De quoi me parle le feu ?   publié le 08/07/2015


Ambi : De quoi me parle le feu ?

Le Feu. Il me parle de la chaleur de mon pays Madagascar, de son climat et de ses habitants. Mais aussi et surtout, de cette chaleur métaphore du lien d’amitié et du bien-être avec autrui. Le feu est en quelque sorte la source permanente de mes émotions positives.

Quoiqu’il en soit, le feu fut le départ de ma production actuelle. Mon ambition est d’exprimer son ambivalence créative. Le feu, tel que je le pense, n’est pas destructeur. Son pouvoir créateur me fascine depuis mon jeune âge. Il métamorphose des matières nécessairement premières qui, par crémation, combustion, ignition deviennent des matières dernières : noir de fumée, cendres …

Sont-ce des restes ? Indice de l’énergie devenue matière, c’est l’empreinte de la chaleur qui m’intéresse bien plus que l’énergie en action.

La combustion nous met plastiquement face à la trace de l’énergie. Mon rapport au feu c’est le résidu, pas le flamboiement. C’est le feu producteur d’une préoccupation : trace, forme de mémoire, évènement marquant et repère signifiant.

J’inscris le feu comme sujet pensant et agissant de l’empreinte. Le rituel du feu est ici présent par son absence ; par la trace de son passage. Le feu ne flotte pas ici dans l’espace en tant qu’immatériel, il n’est pas aérien mais terrestre, corrompant la matière de l’intérieur, en une combustion lente. Cette manifestation est l’essence de l’immédiat, la trace de l’immédiat.

Utiliser le feu comme outil-matériau, est une manière pour moi de participer à la sensibilisation de la lutte contre la déforestation. Une pratique toujours bien fréquente à Madagascar. Que ce feu peut être créateur mais pas toujours destructeur.

Utiliser le papier Antemoro de Madagascar comme support, me permet de partager un savoir-faire et de garder un lien avec les artisans malgaches. Et surtout de participer à l’équilibre écologique de la forêt malgache car ce papier est fait à partir de l’écorce d’un arbre « avoha » qui se régénère tout seul.

 

Ambinintsoa Andriankajarivelo, alias Ambi

Ambi a récemment participer à l’exposition « Consul’art » à la Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Art à Marseille pour représenter Madagascar.

A lire également : AMBI : une artiste plasticienne malgache au « Consul’art  » 


Commentaires

Votre commentaire