Sousou : la mode au temps présent   publié le 04/12/2013


Sousou : la mode au temps présent

Si le stylisme, c’est l’art de créer de la beauté et de la fluidité, pour moi c’est aussi l’art de (re)donner du sens aux matières et de la vie aux couleurs…

 

… de s’imprégner de l’air du temps et de le bousculer, de sentir les mouvements de société, bref d’être naturellement poreux à ce qui nous entoure ici et maintenant.

On aime l’appeler Sousou, en référence au biensoa, tiré de son nom Nivo Ny Soa Randriaminahy. Si l’on devait croquer le parcours de Sousou, on dirait simplement qu’il était tout tracé. Sa passion pour la couture lui vient de sa mère et, dès ses années de collège, elle suit des cours de broderie à l’école des sœurs. Très vite, de fil en aiguille, coudre a rimé avec créer, sortir la couture de ses retranchements purement techniques.

Derrière son image de femme posée et discrète se cache une personnalité déterminée, avide d’expériences, de connaissance et animée de la volonté de s’affirmer dans l’univers complexe ¾ et solitaire ¾ de la mode. Sousou, autodidacte, s’affirme bien vite lors de l'événement « Créateurs / Créatures II », en 2005, mis en place par l’association des jeunes créateurs au Centre culturel Albert-Camus (aujourd’hui Institut français de Madagascar / IFM) d’Antananarivo, la capitale de Madagascar. Ensuite, elle enchaîne défilés et collaborations dans la Grande Île ¾ la dernière en date étant sa participation dès 2011 au programme d’appui au design de mode malgache, NU / Naturellement Urbain, initié par le projet Art Mada 2, en partenariat avec la Région Île-de-France et les entreprises de confection textile installées en zone franche.

Si le « style Sousou » était une personne, on le qualifierait de jeune fille épanouie, à  l’apparence douce et modèle mais au caractère audacieux affirmant une féminité coquine / séductrice. Bourreau des volumes, des figures géométriques et asymétriques, des couleurs éclatantes et vivantes, Sousou opte pour un look féminin résolument actuel et urbain. Sa griffe au style casual branché offre du prêt-à-porter haut de gamme intergénérationnel. Des tenues agréables ¾ en coton et lin ¾ qui s’adaptent à toutes les circonstances. J’aspire à ce que mes tenues deviennent une seconde peau pour les femmes, comme un prolongement délicat mais assuré d’elles-mêmes.

Un prolongement qui se veut responsable, soucieux du monde tel qu’il ne va pas ¾ ou difficilement, notamment à Madagascar¾, puisque Sousou intègre aussi de plus en plus une dimension éthique dans son process de conception et de fabrication. Sa dernière collection Anio [Aujourd’hui], présentée à l’IFM fin 2012, était 100 % récup (chutes de tissus) et détournait les matières. L’engagement au bout de… l’aiguille !

Engagée aux côtés des autres créateurs de mode malgaches, présents et à venir, Sousou l’est aussi inconditionnellement. Trésorière et membre active de l’Association indépendante des créateurs de mode / AICM / depuis sa fondation en 2010, elle travaille à former la « relève » dans un pays où n’existe nul école / institut de mode. Et, prochainement quelque dix stylistes de l’AICM prévoient d’ouvrir une première boutique multimarques afin de donner une vitrine au design de mode Made in Malagasy — MiM. Nous manquons peut-être de beaucoup de choses à Madagascar mais nous avons des idées. A foison. Et nous comptons bien exister. Coûte que coûte !


Dans le cadre de son stage qui se déroulera du 29 avril au 31 mai 2013 à l’Angers Nantes Opéra, le CRAAM a realisé le book de Sousou, un support de communication qu’elle présentera à des professionnels de la mode et à des futurs clients.



Commentaires

Votre commentaire