I’Trôtra : ce fut une belle édition...   publié le 01/10/2013


I’Trôtra : ce fut une belle édition...

Pour nous, le CRAAM, les festivals se suivent et ne se ressemblent point. Cette semaine a vibré aux rythmes de la danse, contemporaine à priori !

Rendez-vous nous est donné pour le festival I’Troatra, du 24 au 28 septembre dernier.Posons un regard sur l’après midi du 25 lors de l’ouverture du Festival. En route pour l’IFM, si l’odeur des brochettes et autres nous avait agréablement surpris à Antsirabe, là on retrouve très vite cette ambiance typiquement urbaine qui nous rappelle que nous sommes bien à Tanà. On arpente les rues de l’avenue de l’indépendance, sans trop savoir sur quoi on va tomber. En bon amateur non-aguerri de danse contemporaine, on avance perplexe.
Nous y voilà, dans un des sites d’I’Trôtra : l’IFM. Apparemment rien n’a changé, nous serons toujours subjugués par ces jeunes qui aiment tant la danse et qui utilisent la devanture du centre pour s’exercer dans le freestyle.
On entre : à notre gauche Nicolas Blanchais, directeur du festival I’Trôtra, en pleine discussion avec Moeketsi Koena, co-directeur artistique du Festival. Un hic, le monsieur ne parle pas un mot de français, une rapide révision de notre anglais, ok on se lance « Hello……………………………..», bref, en gros notre discussion se résume à : «Bonjour, c’est toujours un plaisir de revenir à Madagascar pour une partage d’expérience et d’acquis avec les danseurs malgaches for-mi-dables !»
 

Bien installés dans la salle de spectacle, le premier groupe fait sa prestation et boum !!! Les vannes fusent de derrière : « …..danseur contempourien……. » disent certains. Et c’est avec un air amusé qu’on assiste à la performance de Moeketsi Koena et de Haja Saranouffi.



 

 

 

Deuxième groupe : Randria Ernest Zanany. Là, le spectacle prend une autre ampleur, avec de la danse traditionnelle. Le tour de la Grande Île en vingt minutes à travers la danse, grandiose !

 

 

 

 

Durant cinq jours, le Festival a su vibrer la Capitale aux rythmes de la danse de tous horizons : de la traditionnelle à l’expérimentale en passant par la contemporaine.

La danse contemporaine, un art souvent incompris, ou tout simplement élitiste ? A voir, à méditer…
Nous étions tombés sous le charme des improvisations « hors salle » comme celle qu’ont fait les danseurs dans le hall de l’IFM après le spectacle en soirée du 27 septembre. Des danseurs talentueux comme Shany Arzeux (Cie Soul city) bougeant au rythme des vagues de la danse improvisée. A ses côtés, Séverine Blanchais, qui aurait cru qu’elle savait autant bouger (rires). On a aimé !
Malgré quelques changements de dernière minute sur la programmation, la 10e édition d’I’Trôtra a connu un franc succès. Peut-être à voir minutieusement en amont avec les Cies le choix des pièces à montrer ? Pour éviter le réchauffé. Ce n’est qu’un avis ! En tout cas, vivement la prochaine édition et rendez vous en 2014 !
 


Commentaires

Votre commentaire