AngAroA Old school, new school…   publié le 31/10/2013


AngAroA Old school, new school…

Nourri de rock survolté façon AC/DC, le quintette intègre aujourd’hui des compositions plus expérimentales en vue de l’album de son dixième anniversaire.

AngAroA est typiquement le groupe de vétérans qui refuse de se répéter. L’angaroa, bande d’incultes, est cet instrument traditionnel, sorte de corne de brume qu’utilisaient les anciens monarques pour alerter le peuple en cas de catastrophe ou d’invasion. De là à prendre les AngAroA (écrit comme ça, on respecte) pour des sirènes d’incendie, il ne faut pas pousser ! Encore que ces fils cachés d’AC/DC aient le sens du larsen et du riff qui tue assez prononcé pour vous envoyer direct en enfer par l’autoroute... Highway to Hellpour ceux qui débuteraient ou auraient raté leur concert hommage au groupe australien, donné au Pub lounge Bar Ambatonakanga en juillet 2012. Bref, du hard comme on l’aime, servi sans façons ni chichis.

Formation à cinq justement, comme la bande des frères Young (Malcolm et Angus le collégien), avec Jimi (chant et guitare rythmique), Tomi (guitare soliste), Tsanta (guitare basse), Eric (batterie) et Orad (claviers). Un combo en activité depuis 2004, dans la lignée des grands aînés du rock malgache que sont Kazar, Doc Holiday et RedMetal. Des hardeurs en pleine possession de leurs moyens, mais qui n’hésitent pas à taper dans l’expérimental façon Zappa, quand ça leur chante.

« On ne veut pas se cantonner dans un style unique, même si nos racines sont dans le heavy. On crée une musique actuelle et sans étiquette, à partir de ce que l’on voit autour de nous »,fait valoir Jimi. Et de rappeler que le groupe est passé par presque tous les stades musicaux : power metal, black metal, deathmetal, et même punk rock à ses débuts, « sans jamais avoir perdu son âme ».

Les origines d’AngAroA remontent loin, à l’époque où Jimi et Tsanta étaient amis d’enfance dans le quartier de Sabotsy Namehana. Ensemble, ils s’initient à la guitare en 2002, puis décide de former leur groupe, encouragé par le peintre Richard Razafindrako, le propre père de Tsanta. Ils sont rejoints par Eric en 2004, puis par Tomi et Orad, les frère et cousin de Jimi. Leur participation au Voodoo Nineen 2006 avec Good For Nothinget The Mushroo u ms Fevermarque leur grande consécration auprès du public rock. Une décennie dans l’underground que viendra saluer leur prochain album programmé pour 2014.

« On y parlera de révolution, d’amour, de frustrations, et bien sûr de sex, drugs & rock’n roll »,souligne Jimi.
« Rien ne dit qu’on ne fera pas une incursion dans le kilalaka ou la techno, tant que l’impulsion y est »,ajoute Eric.

Un éclectisme de bon aloi, comme on peut déjà s’en rendre compte en écoutant Herin’ny firaisankina, un extrait du futur album, avec ses délicates sonorités folk.

Cette ouverture d’esprit est sans doute le résultat de leurs nombreuses expériences en-dehors d’AngAroA : avec Olombelo Ricky pour Tomi, Luk & Mahery pour Orad, Edgard Ravahatra pour Tsanta et Eric.

« Old school, new school, on n’en a rien à battre. Avec eux, on a appris qu’aucune musique n’est meilleure qu’une autre, du moment que tu la maîtrises parfaitement... »

Source :
www.nocomment.mg
 
Liens utiles :
Lien vers fiche artiste
 

 


Commentaires

Votre commentaire