Théâtre « O bord de la nuit », fruit d’une coopération culturelle   publié le 31/01/2015


 Théâtre « O bord de la nuit »,  fruit d’une coopération culturelle

O bord de la nuit, est une pièce écrite par le metteur en scène réunionnais Vincent Fontano et jouée par les deux comédiennes malgaches Prisca Miarinirina et Solomanana Tolotrianiaina.

La compagnie Ker Béton a présenté sa dernière création théâtrale « O bord de la nuit » le mardi 16 décembre dernier  à l’Alliance française d’Antsiranana.

Cette pièce, écrite par le metteur en scène réunionnais Vincent Fontano et jouée par les deux comédiennes malgaches Prisca Miarinirina et Solomanana Tolotrianiaina, est une tragédie en un acte qui promet de nous bousculer.

Le projet O bord de la nuit est d’abord un projet de coopération culturelle, entre l’ile de La Réunion et Madagascar, plus principalement la ville de Diego Suarez. Le projet est né de l’expérience Les voix de la marionnette monté par Philipe Auchère au sortir du festival Zegny’Zo ou une maquette avait été présentée. Les comédiens et l’auteur de la pièce ont très vite eu envie de poursuivre cette aventure et continuer la recherche et le travail ensemble. Il montre ainsi que la coopération entre les îles n’est pas qu’économique, que les rencontres culturelles sont elles aussi essentielles. 

Soutenu par l’Alliance française de Diego Suarez, l’Institut Français de Paris, la DACOI, le Théâtre Canter à La Réunion, le projet a pour volonté d’être un temps d’échange entre des artistes d’horizons différents, échange autour d’un objet théâtral et d’une question commune.

 

Rencontre avec le metteur en scène, Vincent Fontano

Pouvez-nous nous en dire un peu plus sur votre pièce ? 
O bord de la nuit est né d’une question, qu’elle rapport nous, peuples du sud avons nous avec nos morts ? On a coutume de dire chez moi, et je pense que c‘est le cas aussi à Madagascar que chez nous on ne meurt pas, on devient. On devient ancêtre, âme errante, ange, veilleur de famille. C’est cette question que nous avons voulu fouiller. O bord de la nuit raconte l’histoire d’une femme qui perd son enfant mort né, qui ne l’accepte pas et qui va tout faire, peut être même frôler la folie pour le retrouver. O bord de la nuit est l’histoire d’un mort qui ne devient pas.

Pourquoi une tragédie ? 
Nous pensons à tort que la tragédie n'est pas utile dans un pays où l'on souffre. Je pense que c'est une erreur. Je pense que la représentation de la tragédie est essentielle dans un pays en souffrance, cela permet de mettre le tragique à distance. Cela nous permet de retrouver le sentiment d’empathie, ce sentiment qui fait que nous sommes humains, liés les uns aux autres. Nous, peuples du sud, nous insulaires, nous avons du tragique à soigner, nous devons faire résilience, nous devons poser des mots sur nos blessures. Des discours pour nos âmes, du rêve dans nos têtes, notre dignité est à ce prix, c'est ce que j'essaye de faire dans mon travail. Je pense que la tragédie dans ce qu'elle est d'essentiel est sociétal, politique. C'est pourquoi il est impératif qu'elle s'inscrive dans nos sociétés.
Apres Diego Suarez, la pièce sera jouée à La Réunion au théâtre Canter, et au théâtre des Bambous puis partira pour l’Institut Français de Maurice, pour revenir ensuite à l’Institut Français de Tananarive.

 

Source : http://latribune.cyber-diego.com/

 


Commentaires

Votre commentaire