Slam National 2013, vive la quatrième édition !   publié le 13/12/2013


Slam National 2013, vive la quatrième édition !

Du 9 au 14 décembre, la Capitale vibrera au rythme des performances poétiques à travers la quatrième édition du Slam National.

La poésie est cette musique que tout homme porte en soi.

William Shakespeare

Ca y est, le coup d’envoi de la quatrième édition du Slam National a été donné le 9 décembre au Cercle germano-malagasy. Au rendez-vous : une ambiance des plus convives, un  public très chaleureux et Bini de l’association organisatrice Madagaslam à l’animation.

Cet événement est un alibi pour découvrir des œuvres originales de poésie. Ce n'est pas une fin en soi, il ne s'agit pas de diviser les poètes issus des quatre coins de la Grande Île mais de les réunir et de les fédérer autour de la poésie. Nous vous invitons pour la semaine à (re)découvrir une nouvelle vague de performers, de mots et de poésie qui nous font rester vivants, confie Bini – slameur/organisateur.

 

Les temps forts de la semaine :

 - atelier en performance scénique, animé par la Cie Miangaly, en vue de la préparation du spectacle « Spoken word » / CGM Analakely ;

 - projection de deux reportages sur le slam poésie en France et à Madagascar / IFM Analakely ;

 - performances slam en milieu pénitentiaire d’antanimora et au sein de l’ONG Manda;

 - les tournois slam  au cœur de l’événement ; 

 - conférence-débat portée sur le thème : « le slam un plus ou un moins pour la littérature ? »/ IFM Analakely ;  « Slam expo » qui mettra en avant les textes des slameurs sélectionnés / CRAAM Ankatso.

Madagascar peut être fier de ses artisans de la parole qui œuvrent sans relâche  et sans beaucoup de ressources pour que rayonnent notre parlure, nos images et nos rêves, confie Momo, président de l’association  Madagaslam.

A découvrir absolument, le trailer de la quatrième édition du Slam National :


 

A lire aussi

Article Slam National

Lien utile :

www.facebook.com/madagaslam/

 

La suite de la programmation:

 


Commentaires

Votre commentaire