Les opérateurs de festivals en actions...   publié le 11/02/2014


Les opérateurs de festivals en actions...

Des idées, des pistes de changement et de revendications... Ce sont les actions concrètes qui ont découlé des rencontres entre les opérateurs de festivals lors de l’atelier qui s’est tenu du 03 au 08 février dernier.

« Un festival est un haut lieu d’excellence artistique »,déclare Serge Henri Rodin,responsable du parcours Médiation et Management Culturels de l’Université d’Antananarivo.

Cette excellence artistique ne saurait être atteinte sans un réel investissement financier de la part des organisateurs et des éventuels partenaires (public / privé). Dans cette optique, les opérateurs de festivals se sont (ré)unis pour rédiger des déclarations en vue de pérenniser et de mieux structurer leurs événements respectifs.

Ce sont des déclarations communes en rapport avec :

  La Politique culturelle nationale pour un développement socioéconomique de Madagascar de 2005,

  La promulgation de la loi sur le mécénat,

  La création d’une plateforme / mise en réseau des opérateurs de festivals

Ces déclarations ont été présentées à la ministre de la Culture et du  Patrimoine lors de la restitution de l’atelier du 8 février dernier.

Zoé Randrianjanaka, directrice du festival de danse Mitsaka (Tamatave) confie :

« Nous tenons à remercier les organisateurs de cet atelier, durant lequel j’ai pu renforcer mes acquis sur l’organisation d’un festival. Certes, je l’ai fait depuis maintenant près de sept ans, tout en apprenant toujours sur le tas mais il faut reconnaître que certaines techniques nécessitent des formations ponctuelles comme celle-ci. Ce sont des techniques comme la manière de rédiger un dossier de demande de sponsoring, qui soit dit en passant doit être le plus pragmatique. J’ai également pu associer mes forces aux côtés de mes confrères organisateurs pour revendiquer / promulguer des lois en rapport avec la politique culturelle nationale, de 2005 ».

Ces déclarations communes seront remises aux ministères et organismes rattachés. A l’écoute de ces demandes, Elia Ravelomanantsoa, ministre de la Culture et du Patrimoine cite dans son discours amical :

«  cela fait maintenant près de trois ans que nous nous sommes tous battus côte-à-côte pour la promulgation de cette loi sur le mécénat, la culture étant l’un des axes les plus forts du rayonnement d’un pays. Nous n’en arrêterons sûrement pas là jusqu’à ce que nos voix soient entendues. Ministre ou pas ministre, je continuerai à me battre à vos côtés car je suis entièrement convaincue que la promulgation de cette loi sur le mécénat sera un des moyens cruciaux pour la culture de se développer et constituer un véritable levier de développement économique pour Madagascar  ».

Pour donner une suite logique à ces recommandations, un atelier de formation à destination des fédérations artistiques et des syndicats d’artistes regroupés en confédération se tiendra du 25 au 28 février prochain. Intéressant à suivre de près...

 

* Ces ateliers se tiennent grâce au soutien du projet de coopération franco-malgache Art Mada 2.

Plus d’infos :

Dossier de presse de l’atelier à destination des opérateurs de festivals à télécharger en PDF

Déclarations en malgache / français en PDF à télécharger



Commentaires

Votre commentaire