Mamahoaka : un bol d’air frais musical   publié le 11/09/2014


Mamahoaka : un bol d’air frais musical

A la fois scène découverte, rencontres et échanges entre artistes, le festival Mamahoaka a atteint son objectif en matière de programmation

Mamahoaka : la relève s’exprime…

Habité par la forte envie de laisser s’exprimer librement la relève, le festival a cherché à promouvoir les talents locaux, amateurs ou confirmés, en leur donnant l’occasion de se produire et d’être découverts par un public composé de mélomanes, de professionnels ou des gens de passage.  Un passage heureux !

 

Oazy Groove

Nous avons rencontré les membres du groupe Oazy Groove originaire d’Antsirabe qui ont témoigné du grand intérêt qu’ils portent au festival.

« Le festival nous permettra d’ouvrir des voies, d’approcher davantage le public de notre  région, mais aussi d’attirer la curiosité des professionnels de passage sur le site du festival ».

Dans une ambiance rock fusion jazz et musique traditionnelle, Oazy a donné la meilleure de ses performances lors de la dernière soirée du festival.

Myaina

Lauréat du tournoi Slam National 2013,Myaina a lancé sur la cène de Mamahoaka un genre musical tout à fait nouveau pour le public antsirabéen : le spokenword, du slam sur des compositions musicales. Il a su créer tout au long de son show une ambiance conviviale avec le public. Ses textes, concis et cocasses, sont très vite fredonnés par les tout-petits comme par les grands. A l’unisson, ils ont repris ensemble des refrains comme « SOS ».

 

Mpamanga

Autre groupe local présent lors de cette 6e édition de Mamahoaka : Mpamanga ; il a choisi de développer une musique « métissée », entre world music, afro-beat et fusion. Bema au vocal et à la percussion, Jacquis Ralph à la guitare, Zix à la basse, Hery à la batterie et Toky au Clavier, leur belle humeur a été contagieuse. Un vrai travail de recherche sur les compositions musicales s’est ressenti dans quelques morceaux.

 

Une programmation diversifiée et stratégique

 

Malgré les problèmes techniques comme  le son s’entremêlant aux bruits de la fête foraine à proximité du festival, le public antsirabéen a trouvé son compte lors de ces trois jours de festivités.

« On se croirait en période de fêtes pascales. Nous attendons surtout la prestation de Ricky », confie un spectateur.

Il faut reconnaître que la programmation a été bien réfléchie pour cette 6e édition de Mamahoaka ; pour la clôture, la première partie de la soirée a accueilli des talents locaux puis des artistes de renom — véritables têtes d’affiche —, qui habituellement se produisent peu dans ce coin des Hauts Plateaux. Une manière de retenir le public jusqu’au bout de la nuit en lui permettant de découvrir des genres musicaux qui lui sont peu familiers tout en ayant aussi accès aux grands noms de la musique malgache ? Belle et généreuse stratégie…

 

Tambours Gasy

Parmi les artistes qui ont marqué le festival, Tambours Gasy d’Antananarivo mené par Tiana Rainitelo a laissé bouche bée le public présent devant la gare. Pour résumer la musique de Tambours Gasy, il s’agit d’un mélange subtile de morceaux bien rodés, une technique individuelle imparable, des arts rythmiques magnifiquement synchronisés, le tout servi par des voix de chanteurs puissantes et un répertoire de compositions originales inspiré des chants folkloriques malgaches.

« Il s’agit d’accorder toute son importance aux percussions et d’en jouer avec toute la dextérité nécessaire », confie Tiana Rainitelo.

 

MadaFeo

Nous avons également apprécié l’harmonie vocale du groupe Mada Feo. Composé de Rija, Jimmy, Boboh Mahavanona et Bosco, le groupe a choisil’a capella comme fer de lance de son style. Ils ont su raviver des morceaux bien connus du public comme « Ry lanitra mangamanga ». Débordantes d’énergie, les voix de Mada Feo ont résonné sur la scène de Mamahoaka. Des voix qui alternent entre rage et tendresse, des voix qui parlent, qui content, des voix qui savent aussi hausser… la voix ! .

 

En tête d’afffiche

 

Talike

Pour clôturer en beauté le festival, Talike Gelle, artiste malgache de renom international vivant en Belgique, a choisi cette année d’être de l’aventure Mamahoaka. Méconnue du grand public malgache, Talike figure pourtant parmi les interprètes féminines les plus écoutées dans le monde du beko, du blues antandroy et des chants polyphoniques du Sud. Malgré sa notoriété, le public d’Antsirabe n’a pas été très réactif.

« D’un côté, il y a le problème de la proximité. La scène est trop loin du public, pourtant avec le regard et les gestes on peut tout à fait conquérir son public ; de l’autre, la majorité des Malgaches n’apprécie que les produits culturels fortement matraqués », confie-t-elle. 

 

Ricky

En guest star du festival Mamahoaka, Olombelo Ricky a clôturé les trois jours de festivités avec des morceaux impérissables qui bercent les générations malagasy depuis ces trente dernières années. Pour montrer l’importance de la relève, il a invité une jeune femme d’Antsirabe pleine d’énergie à le rejoindre sur scène.

« Je l’ai croisée lors de notre atelier avec Sylvain Marc à l’Alliance française et j’ai vu qu’elle avait du talent. Je l’ai donc invitée sur scène pour lui permettre de voir jusqu’où elle peut pousser sa performance vocale. »

Ces grands moments de rencontres et de partage ont fait de cette 6e édition de Mamahoaka un événement phare dans la région Vakinankaratra. Rendez-vous en 2015, espérons-le, pour une édition encore plus fraîche et vivante !

 

Plus d’infos :

Facebook : Mamahoaka >

Découvrez aussi : L’annuaire des artistes malagasy >

 


Commentaires

Votre commentaire