Angaredona : un bilan positif pour la 11e édition   publié le 26/09/2014


Angaredona : un bilan positif pour la 11e édition

Ils l’ont fait ! Pari tenu pour l’Association des Médiateurs Culturels – ADMC, la 11e édition du festival des musiques vivantes de Madagascar s’est tenue avec succès dans les centres culturels et à l’Université d’Antananarivo.

Au fil des ans, le festival Angaredona est devenu la vitrine des musiques vivantes du territoire malgache mais aussi d'ailleurs.  Mais qu’entend-on par musiques vivantes ? Rajery, initiateur du festival, vient à notre rencontre pour faire un point sur cette terminologie.

« Nous entendons par musiques vivantes, tout ce qui est musique traditionnelle et folklorique d’un pays mais aussi l’actualisation de cette musique en utilisant des instruments modernes tout en respectant les figuresrythmiques et les couleurs musicales propres au pays. »

Cette année, Rajery et ses amis ont confié l’organisation de ce festival à l’Association des Médiateurs Culturels de l’Université d’Antananarivo pour un regard nouveau et sensible à l’évolution actuelle de l’univers musical malgache.

 

Coup d’œil sur les temps forts du festival…

 

Un festival au financement précaire, certes, mais une équipe de jeunes médiateurs, dévouée et motivée, a été placée aux commandes de cette 11e édition.

« Cette année, nous avons souhaité une programmation  reflétant  la diversité et la richesse des musiques malgaches. L’équipe a également mis en place des scènes découvertes promouvant des jeunes artistes qui, bien que talentueux, n’ont pas toujours  eu la chance de se présenter sur scène », confie Noah Raoelina, co-directeur artistique du festival.

Talike

« Au vu des difficultés économiques que traverse le festival, j’ai moi-même payé mon billet d’avion, j’ai beaucoup tenu à faire partie de l’aventure Angaredona », confie Talike Gellé, artiste malgache résidant en Belgique. 

Lors de la soirée d’ouverture, le lundi 15 septembre, Talike a emmené le public de l’Institut français de Madagascar aux frontières de la modernité et de la musique du monde pour un voyage énigmatique et enivrant. Méconnue du grand public malgache mais pourtant souvent présente sur la scène internationale, elle nous a fait profité de ses créations rythmiques, entre autres, le Beko blues (où le Beko du Sud représente des légendes chantées et est allié au rythme blues),le Banafunk (fusion entre le rythme Banaike et le funk)…Sans oublier le Rimoutsé (raclement de gorge qui donne un son de percussion vocale). A travers le son mélodieux de sa voix  virevoltante, elle a invité le public à chanter le droit à l’éducation, à s’inquiéter de la famine et de la sècheresse du Grand Sud, à évoquer l’environnement, l’amour... 

« Le peuple du Sud ne meurt pas de maladie mais de soif et de faim » (Talike).

 

En 2010, Angaredona s’est produit sur le campus d’Ambohitsaina. Pour cette 11e édition, l’ADMCa renouvelé l’expérience avec un choix de programmation minutieux mettant en valeurla pluralité musicale de la Grande Île.

« A travers cette décentralisation d’Angaredona au sein du campus, l’ADMC travaille à la dynamisation de la vie culturelle au sein de l’Université tout en appuyant la promotion du secteur artistique et culturel malgache », confie Henintsoa Randrianjatovonarivo, directrice adjoint du festival.

Au programme, Solika, expérimenté dans le bà gasy depuis 25 ans,  a ouvert les festivitésmercredi 17 septembreen début d’après-midi, suivi par Tarika Dia, talent en herbe honorant la musique traditionnelle malgache. Fortement inspirée des airs du terroir, la musique de Zazaraha a impressionné le public estudiantin, sans oublier de mentionner l’ardeur du Zaoto groove de Jimmy B. Enfin, les Percutants, originaires d’Antsirabe,  ont clôturé les festivités avec une forte ovation du public.

 

Conférence sur le Marché de la musique à Madagascar

 

Une conférence-débat sur le Marché de la musique à Madagascar a ponctué cette 11e édition. Des professionnels du marché de la musique comme Talike Gellé (artiste malgache vivant en Belgique), Rajery, Stéphane Hoareau (directeur du Développement culturel àLa Réunion) et des représentants de la relève comme Arnaud Ratafika (vice-président de l’ADMC) et Hobisoa Raininoro (coordinatrice générale du CRAAM) sont venus témoigner de leurs expériences / vécu / vision du marché de la musique à Madagascar.

« Le marché de la musique malgache a besoin avant tout d’être structuré pour qu’il puisse devenir un levier de développement pour le pays. Il faudrait commencer par convaincre les pouvoirs publics du poids économique que pourrait valoir ce secteur dans un pays en voie de développement comme le nôtre  et notamment organiser des ateliers de rencontres pour réviser le statut d’artiste, inexistant ou balbutiant depuis des années», souligne Arnaud Ratafika.

Pour clôturer en beauté la 11e édition du festival, Mada Feo, Fontsy, Lego, Mikea et Dama se sont produits sur la scène de l’Alliance française d’Andavamamba le samedi 21 septembre. On a particulièrement apprécié le merveilleux duo de Dama et Théo Rakotovao, «Nahoana Kay ,» mettant en valeur la richesse à la fois musicale et langagière de la Grande Île. Ensemble, ils ont chanté la chanson en dialecte Masikoro (Sud) et des Hauts Plateaux.

 

Dama et Mikea

Vers une 12e édition encore plus éclectique…

21 artistes de tous horizons, 7 sites, 6 jours d’immersion musicale, des professionnels venus de La Réunion et surtout une jeune équipe d’organisateurs dynamiques, la 11e édition du festival Angaredona fut riche en échanges et en émotions.

« Le bilan de cette 11e édition est plutôt positif. Il faudrait surtout renforcer nos compétences en termes de recherche de partenariat et d’administration financière. Cela peu paraître paradoxale ou impossible, mais nous avions zéro ariary en caisse pour faire fonctionner ce festival », explique Tsiaro Andriamahery, président de l’ADMC.

Cette équipe solidaire sur tous les fronts pense déjà la prochaine édition en incluant, cette fois-ci, le public scolaire,  pour une suite logique et généreuse d’Angaredona à l’université.

 

A lire aussi : La capitale aux couleurs d'Angaredona, la 11e édition!  

 


Commentaires

Votre commentaire