Les incontournables de Madajazzcar, 25 ans d’existence   publié le 15/10/2014


 Les incontournables de  Madajazzcar, 25 ans d’existence

Fort de ses 25 ans, la notoriété de Madajazzcar n’est plus à faire. Cet unique festival de jazz figure parmi les festivals les plus prisés de la Grande Île. La 25e édition du rendez-vous annuel des mélomanes s’est tenue du 1er au 11 octobre dernier dans la capitale et dans les provinces de la Grande Île.

« Cette année, nous avons proposé une programmation s’articulant autour de la jeunesse. La relève mérite d’avoir une place importante dans la vitrine du jazz actuel à Madagascar», confie de Désiré Razafindrazaka, directeur du festival.

Madajazzcar, un tremplin pour les jeunes talents

Mélojazz / soirée tremplin Madajazzcar

  

La finale Tremplin Madajazzcar, un concours  dédié  à la découverte des étoiles montantes du jazz malgache, s’est tenue lors de la soirée du jeudi 2 octobre dernier à l’Alliance Française d’Andavamamba.

«  Cette année, le niveau est très élevé. Chaque groupe a misé sur la recherche musicale et a réalisé une parfaite démonstration de leurs instruments de prédilection », explique Haja Ravalison, membre du comité d’or anisation. Sur cinq groupes finalistes en lice, Mélojazz a remporté le prix Tremplin Madajazzcar 2014.

« Cela fait un mois qu’on a formé le groupe. J’estime que notre force réside dans la diversité de nos styles, le tout formant un mix original pour bien animer le public, loin des clichés habituels du jazz classique », explique Manitra Rabarisoa de Mélojazz.

Ce prix Tremplin Madajazzcar est organisé chaque année pour offrir un coup d’envoi aux carrières musicales des groupes les plus méritants. En 2013, le groupe lauréat Jazz Quart a pu bénéficier d’une tournée à travers les Alliances françaises de Madagascar.

Pour la structuration du secteur jazz à Madagascar

atelier soundpainting

  

Mis à part les nombreux spectacles se tenant dans plusieurs sites de la capitale, des ateliers ont été programmés comme à l’accoutumé pour  renforcer les capacités productives des acteurs du jazz à Madagascar. De retour à l’Alliance française lors de l’après-midi du 6 octobre, nous avons rencontré François Jeanneau, grand saxophoniste français de jazz, venu expressément à Madagascar pour animé un atelier en « Soundpainting » dans le cadre de Madajazzcar.  

« Le soundpainting est un langage gestuel élaboré par Walter Thompson en 1974 à Woodstock à New York. Destiné aux musiciens, ce langage comporte plus de 1 200 signes de la main et corporels pour la synchronisation et l’amélioration de l’arrangement en permettant même de composer une nouvelle création en temps réel, avec de l’improvisation donnée par le soundpainter », confie-t-il.  Des ateliers jazz et en batterie ont également été programmés.

L’Université à l’honneur !

Jazz à l’U

  

Jazz à l’U a fait résonner les notes bleues sur le campus d’Ambohitsaina lors de l’après-midi du 8 octobre. Avec une scène en plein air, des étudiants mélomanes bien à leur aise sur la pelouse, l’ambiance jazzy a été au rendez-vous.  Toujours pour la promotion de la relève, le groupe Le petit garçon s’est présenté pour la première fois sur scène lors de Jazz à l’U, suivi des habitués de la scène comme Bolo Rakoto David virtuose de la batterie et Korb accompagné d’une performance poétique du Rêv’Errant. Nous avons également apprécié les prestations du grand bassiste Fanaiky,  toujours aussi impressionnant tant dans ses contretemps que ses harmonies. Le meilleur pour la fin, la jazziste américaine Joan Minor  a électrisé le public dès ses premières notes par son énergie sur scène et le dynamisme de sa prestation vocale.

 

Les initiatives de Madajazzcar...

Car le comité d’organisation a toujours été soucieux de la coopération régionale, des collaborations entre des artistes malgaches et des îles voisines de l’océan Indien sont nées d’une initiative de Madajazzcar. Ce sont des formations comme le Collectif Jazz de l’océan Indien, dont Neshen Teeroovengadum de Maurice à la guitare, Emmanuel Félicité de La Réunion à la batterie,  et trois malgaches dont Fanaiky à la basse, Mickaël Andriantseva au piano, Volahasiniaina Linda à la percussion. Cette formation éclectique s’est présentée sur la scène de l’Institut français de Madagascar le vendredi 10 octobre ainsi que lors de la clôture du festival le samedi 11 octobre.

A noter aussi qu’en 2013, Madajazzcar a mis l'accent sur la coopération régionale avec deux projets d'échanges notamment le Jav (Jozefinn’AustralView), rassemblant des artistes de La Réunion, d’Afrique du Sud, et de Madagascar et celui entre le DJ Amori de La Réunion, Joël Rabesolo, Jao et Nicolas Vatomanga, né du partenariat du Centre de Ressources des Arts Actuels de Madagascar (CRAAM). 

 

Rendez-vous en 2015...

Durant deux semaines, Madajazzcar nous  a offert 11 jours d’immersion musicale  dans plusieurs sites de la capitale (jardin d’Antaninarenina, Institut Français de Madagascar, Alliance Française d’Andavamamba, Kudeta, hôtel Carlton, université d’Antananarivo, Cercle germano Malagasy, théâtre de verdure d’Antsahamanitra, ...) avec les meilleures prestations des jazzistes de tous horizons (Madagascar, Europe, USA, Zone Océan indien), et les nombreuses activités qui viennent renforcer la structuration du milieu jazzy à Madagascar. En 25 ans d’existence, ce festival a su fidéliser un public chaleureux, impliquer des artistes assoiffés de partage, sans oublier de mentionner le soutien d’un réseau de partenaires engagés. Rendez-vous en 2015, pour d’autres grands moments de pur jazz dans toutes ses ramifications.

plus d'infos :

madajazzcar.mg/

Annuaire musique CRAAM

Annuaire des festivals

 

 

 


Commentaires

Votre commentaire